Le Livre | Articles de presse


L'Encre et le Sang

S'il suffsait d'une phrase pour changer votre vie, laquelle écririez-vous ?

Au fond d'un vieux garage hongkongais, elle est là. Elle l'attend. La machine. Il suffit de taper. Et tout s'écrira, dans la réalité. Très vite, l'écrivain William Sagnier comprend qu'il tient là l'instrument de sa vengeance. La femme qui l'a trompé. L'homme qui lui a volé son livre. Tous ceux qui l'ont humilié, utilisé, détruit, le seront à leur tour. La vie, la mort, la toute-puissance au bout des doigts, là où se mélangent l'encre et le sang...

Articles de presse

Par le blog « Le chat du Cheshire »

Nouvelle écrite à deux mains, celles de deux auteurs talentueux : Franck Thilliez et Laurent Scalese.
Comment parler de L'Encre et le Sang ? Etant une nouvelle d'environ une centaine de pages, les risques sont grands de livrer des détails qu'il vaut mieux lire dans le feu de l'action. Disons simplement que l'on suit William Sagnier à Hong Kong, dans un but de vengeance. Il va acquérir une machine à écrire pour le moins étrange. Mais seulement, William va se rendre compte – peut-être trop tard ? – qu'il n'est pas bon de s'obstiner dans certains projets.
Deux auteurs, deux écritures de romans policiers principalement, deux membres de la Ligue de l'Imaginaire, deux excellents auteurs... Qui se réunissent et décident de comploter pour offrir à leurs lecteurs une nouvelle. Ecrite à quatre mains, cette nouvelle va différer quelque peu des écrits précédents des auteurs. Quoi de plus normal lorsqu'on mélange deux styles ? L'Encre et le Sang est le résultat de ce mélange, et nous livre une petite histoire fantastique, très captivante, et que j'aurais aimé plus longue tant j'ai été prise dans l'histoire !
A la lecture de L'Encre et le Sang, j'ai été emportée dès le début, tant par l'histoire que par le talent (encore !) de Franck Thilliez et Laurent Scalese. Ce sont deux auteurs que j'admire beaucoup, et que j'ai retrouvée avec jubilation dans leur écriture commune. Un projet à la fois intéressant, captivant, mais surtout très amusant, tant pour les lecteurs que les auteurs je pense. Une nouvelle intéressante, où l'écriture a été poussée et maîtrisé, mais surtout où ils se sont fait plaisir. L'histoire est fascinante du début à la fin, on ne peut s'empêcher de jouer avec l'idée de posséder l'objet principal de L'Encre et le Sang (mais avec quelle conséquence ?), un objet qui hante ses possesseurs et qui semble avoir une volonté propre et très arrêtée.
Je ne peux que vous conseiller de vous jeter sur L'Encre et le Sang, un vrai délice de lecture !

Par le blog « BOOK EN STOCK, plus on est de fous, plus on lit »

Quand vous prenez un Scalese, auteur de thrillers bien stressant, que vous y rajoutez un Thilliez, auteur de thrillers encore plus stressant, et que vous mélangez le tout, il en ressort quoi d'après vous ? Et bien non, raté ! Pas du tout un thriller mais un récit fantastique !
Le mélange est parfaitement dosé, l'écriture à quatre mains une réussite. Et surtout, on sent à travers cette nouvelle ou novella ( ? plus de 100 pages ) que les auteurs se sont amusés à l'écrire.
C'est l'histoire de William, écrivain qui se fait voler son manuscrit par une vile éditrice qui l'a séduit, poussé à finir son thriller, et qui après l'avoir jeté comme une vulgaire chaussette sale, offre le roman à son auteur phare...et accessoirement nouvel amant. Thriller qui va avoir de suite un succès énorme nationalement puis mondialement. Forcément, William est un peu énervé, d'autant qu'il n'a aucun recours. Il lui reste donc la vengeance, et en mettant celle-ci au point, son chemin va croiser l'outil idéal. Une antique machine à écrire qui lui déclare, via la feuille insérée sur son tambour " I'm yours".
Une machine à écrire qui réalise tout ce que vous tapez sur son clavier.
William va commencer à jouer...
Sans savoir qu'il y a un prix à payer...
Manipule-t-il ou est-il manipulé ?
Un plaisir de lecture qui ne dure pas assez, c'est la seule chose que je peux reprocher. Si l'idée est classique, l'objet magique qui permet de réaliser ses voeux, la mettre entre les mains d'écrivains à l'imagination tordue rend le résultat sympathique. Et cerise sur le gâteau, l'action se passe à Hong-Kong, lieu de résidence du couple honni, donc dépaysement garanti !
Mais ce que j'ai le plus aimé, ce sont les clins d'oeil au monde de l'édition comme au monde des auteurs...
Les conseils de dédicaces par exemple :
- Abrège les échanges. Écris "Amitiés", et pas "Amicalement", c'est trop long. Une simple signature et tu passes au suivant. Surtout, ne réponds pas aux questions.
Là, je suis allée directement lire ma dédicace de AtomKa... et... Amitiés !!! Bon, soit, il y a une phrase avant... :)) Et voilà comment messieurs Thilliez et Scalese ne pourront plus jamais signer Amitiés mais Amicalement !

Par le blog « ZoneLivre », l’univers du roman policier et fantastique

Et si une machine pouvait changer le cours de l’Histoire…
William Sagnier est un écrivain qui a tout perdu : son roman a été volé par un autre, la femme qu’il aimait la trahit…Il a décidé de détruire ceux qui lui ont tout pris. Au fond d’un garage hongkongais, il va trouver l’outil de sa vengeance : une machine à écrire pas comme les autres. Si une ligne pouvait changer l’histoire de votre vie, feriez-vous le bien ou le mal ?
Laurent Scalese et Franck Thilliez sont deux auteurs dont j’apprécie les écrits. Cela ne pouvait que me réjouir de les voir réunis dans l’écriture. Une nouvelle n’est pas un roman, il faut arriver à percuter le lecteur et le tenir en haleine sur beaucoup moins de pages. Un exercice difficile réussi !!!
Les auteurs ont réussi à m’embarquer dès le départ dans cette histoire de vengeance qui peu à peu s’ouvre sur les affres de la création, le pouvoir des mots. Qui n’a jamais rêvé de voir quelques lignes se réaliser ? C’est magique, c’est excitant mais cela peut aussi être effrayant. La personne qui en use et en abuse a l’impression d’être un Dieu. Et ceux qui subissent les facéties de l’écrivain ont parfois l’impression de se trouver dans The Truman Show ou dans une mauvaise émission de télé-réalité où tout est scénarisé, les bonnes comme les mauvaises choses.
On se demande jusqu’à où ce pouvoir va s’exercer, tout ça dans une atmosphère poisseuse, dans les bas fonds hongkongais, on s’y croirait presque !
Lors de la lecture de cette nouvelle, en plus de savourer l’intrigue prenante jusqu’à la fin (Je n’ai rien vu venir !), je me suis amusé à imaginer quelle partie avait été écrite par Laurent S. et celle écrite par Franck.T. Certaines références ou descriptions m’ont fait penser à l’univers de l’un, de l’autre ou des deux. On sent que les auteurs ont pris plaisir à écrire ce texte que je pourrais définir de polar fantastique où pourrait planer l’ombre de Stephen King.
C’est court, c’est haletant, c’est mystérieux, c’est bien écrit, ce n’est pas cher, cela serait vraiment dommage de s’en passer !!!

Le blog de Jacques Saussey

William Sagnier est un écrivain à succès. Il vend des millions de livres dans le monde entier, traduit dans presque toutes les langues.
Seulement il y a un problème. Sur la couverture de ce livre, c’est le nom d’un autre qui est écrit. C’est l’Autre qui empoche le fric, c’est l’Autre qui se tape son éditrice, la traîtresse qui lui a volé son roman pour l’offrir à son amant et le propulser au firmament des auteurs. C’est l’Autre qui habite avec elle une villa de rêve dans un endroit paradisiaque à quelques minutes de voiture du centre-ville inhumain de Hong Kong.
Obsédé par le vol dont il a été victime, William quitte la France et part en Asie. Son but : récupérer son bien. Ses droits.
Mais sa vengeance tourne court. Humilié, rejeté par celle qu’il a aimée à la folie, William est prêt à mourir.
Jusqu’à ce qu’une rencontre fortuite, au fond d’une brocante improbable, le retienne in extremis au seuil de la mort.
Cette rencontre, c’est une machine à écrire. Une machine au pouvoir terrifiant : celui de pouvoir réécrire le cours de la vie.
Lorsqu’il réalise que cette machine va lui permettre de prendre sa revanche, William se met à taper sur les touches. De plus en plus fort. À la folie.
Petit détail. Il manque une lettre. Le G.
« On peut toujours remplacer un mot par un autre… »
Mince bouquin de 120 pages à peine, édité chez Pocket, « L’encre et le sang » est un vrai petit bijou de roman noir mâtiné de fantastique, écrit comme un hommage à peine voilé au monde horrifique du grand King. L’écrivain et sa créature, qui parfois lui échappe…
Un ouvrage à 4 mains de deux auteurs de pointe du polar français : Franck Thilliez et Laurent Scalèse, qui s’en sont donné à cœur joie !
De quoi passer un horrible et merveilleux moment avec eux.
À 2,90 €, ce serait dingue de se priver de ce petit plaisir dans le métro ou sur la plage…

Blog « Tous les livres »

Note 10/10
Sortie le 12 juin 2013
Un très gros coup de cœur pour cette nouvelle de cette été 2013 !!!??Une édition spéciale sortie en poche pour ce petit trésor de moins de 100 pages qui m'a totalement conquise !!!
Attendu avec impatience depuis l'annonce de sa sortie et me trouvant en vacances, je me suis mise en quête de ce petit trésor. Il a fallu tout de même que je cherche bien et que je fasse plusieurs librairies pour le trouver. Enfin, il est entre mes mains... Il parait que les bonnes choses se méritent !!! De plus, je viens de découvrir un autre auteur totalement méconnu de la bibliothèque... Laurent Scalese...
William Sagnier a fait le trajet en avion jusqu'à Hong-Kong pour tuer Jack Malcombe et sa nana, Cassandra Brandström. Elle lui a volé le manuscrit de son livre, maintenant publier en plusieurs centaines de millier d'exemplaires en France et traduit dans vingt pays. Ils étaient tous deux en Asie pour une séance de dédicaces, William, lui était là pour les tuer...
Aujourd'hui, William n'a plus d'argent, plus de métier et plus d'avenir, rien ne le retient sur cette terre. Son seul but à l'heure actuel est de sauter dans le vide d'une falaise de Hong-Kong ou de sauter dans l'eau du port et de sa noyer. C'est au détour d'une rue, au fond d'un garage qu'il la repère : une très vieille machine à écrire. Elle est vendue par un très vieille femme... Il l'acheta en se disant qu'elle pourrait faire un bon poids et le maintenir au fond de l'eau quand il sautera...Dès les premiers lettres tapées, William s'aperçoit que cette vieille machine à écrire n'est pas un objet classique, mais qu'elle cache quelque chose de bien plus magique !!! Il a enfin trouvé le moyen de se venger et surtout il ne pense plu à la mort. Mais jusqu'où peut aller cette fantaisie de pouvoir changer le monde, car il pourrait se retourner contre son créateur...??Une fabuleuse nouvelle !!! Un très bon thriller fantastique que nous propose là ces deux auteurs. Franck Thilliez, spécialiste du thriller médicale et psychologique nous plonge, avec Laurent Scalese dans tout autre chose.
J'ai énormément aimé tout ce coté fantastique qui, au final, dégage une vraie morale et qui laisse de lecteur de quoi réfléchir sur les conséquences du mal et de la vengeance...
Mes lectures de vacances n°1

Le blog littéraire et musical « GRUZNAMUR/ÉMOTIONS »

Bienvenue dans la petite boutique des horreurs ! Entrez, entrez, ce sont les proprios Thilliez et Scalese qui régalent.
Cette novella fantastique (au sens propre comme au figuré) d’un peu plus de 100 pages est un bien beau divertissement pour le lecteur comme pour les auteurs.
Parce que ce qui saute aux yeux, dès les premiers instants, c’est que les deux compères ont dû s’amuser comme des petits fous à nous concocter cette histoire assez éloignée de leur univers habituel.
Mais ça veut dire quoi au juste univers habituel ? Les deux auteurs ont baigné dans les univers de Stephen King, Dean Koontz ou Richard Matheson et ce récit est en quelque sorte un hommage aux écrits de cette catégorie d’auteurs durant les années 70-80 (mais arrêtons de catégoriser !).
La filiation du récit avec l’œuvre du King est évidente, à coup de petits clins d’œil. L’ambiance fleure bon le fantastique de la grande époque.
La lecture de ce court texte est assez jouissive, quelques petites lignes suffisent à nous plonger dans l’histoire et on ne la lâche plus jusqu’au final de qualité.
Une histoire réjouissante de bout en bout, lue en totale connivence avec les auteurs qui s’amusent avec le métier d’écrivain tout au long du récit.
Du pur fun pour quelques piécettes, juste le prix du pourboire. Je ne peux qu’applaudir des deux mains cette production à quatre paluches.

Blog « Les polars de Mika »

La rencontre entre deux grands noms français du thriller est tout à fait attrayant et intriguant. On se demande ce que ces deux inventeurs d'histoires cruelles ont pu bien concocter ensemble ... C'est sur un thriller fantastique que leur choix s'est porté. Drôle de décision, non ? Bien que Franck Thilliez n'en soit pas à son premier coup d'essai (souvenez-vous de L'anneau de Moebius qui reste à ce jour l'intrigue que j'ai préféré de la bibliographie de l'auteur), je ne le voyais pas forcément renouer avec le genre. Mais tant mieux, car ça fonctionne plutôt pas mal. Quant au style de Laurent Scalese, je n'ai malheureusement lu aucun roman de lui ... je me rattraperai sûrement dans l'année.
Les deux complices ont joué avec mes nerfs puisque, sûr de moi, je pensais avoir facilement trouvé toute la solution à cette étrange histoire de machine à écrire et de personnages déchus. Bien évidemment, le dénouement m'a clairement recadré. Qu'est-ce que je croyais ? Pouvoir trouver aussi facilement le fin mot de l'histoire sans me faire berner ? Tsss...
L'intrigue m'a rappelé de bons souvenirs puisque j'ai participé (et même joué ... piètrement) dans un court métrage dont l'histoire était très proche. On se prend au jeu et on se demande même ce qu'on pourrait bien faire à la place du personnage principal. Le duo Thilliez-Scalese fonctionne bien pour cela. Ils nous font pénétrer dans un jeu où l'on ne sait plus qui tient les rênes ... et si c'était simplement les deux auteurs ?

BLOG « DES LIVRES PLEIN LA BIBLIOTHÈQUE »

Un livre écrit à quatre mains, Franck Thilliez qu'on ne présente plus ! En revanche je ne connaissais pas le talent de Laurent Scalese ! Tout au moins je connaissais sans le savoir. Car il a écrit plusieurs scénarios pour la télévision (Inspecteur Valence, la Taupe, Empreintes criminelles... et une nouvelle série qui va apparaître sur France 2 prochainement mais chuuuut). J'avoue pour le coup avoir envie de mieux découvrir cet auteur.
Pour en revenir à ce roman "L'encre et le sang", il faut avouer que dès le départ, on plonge la tête la première, et on se laisse emporter par les eaux pleines de suspenses. L'homme a toujours soif de puissance, et bien souvent, les conséquences tombent... En l'occurrence jusqu'à la dernière page, le lecteur est engouffré dans une histoire qui le tient en haleine et en ressort en ayant l'impression qu'elle était trop courte...

Blog « Les chroniques acides de Lord Arsenik »

Encore Franck Thilliez mais cette fois Laurent Scalese s’est joint à lui pour nous proposer cette nouvelle qui mêle fantastique et thriller. William Sagnier, écrivain raté et volé, se rend à Hong Kong dans le but de tuer Cassandra Brandström et Jack Malcombe, respectivement éditrice et auteur à succès qui se sont appropriés son travail ; après avoir lamentablement foiré il erre dans les rues jusqu’à ce qu’il tombe sur une vieille machine à écrire. Il va rapidement se rendre compte que tout ce qu’il tape à la machine devient réalité, l’heure de sa vengeance a sonné…?L’intrigue est rondement menée, jusqu’au bout les deux auteurs nous scotchent à leur récit tant on a envie de savoir où tout ça va nous mener. Au fil de ces quelques pages je peux vous assurer que vous ne manquerez pas d’être surpris, jusqu’à la révélation finale qui est aussi bluffante que géniale. Pour être tout à fait franc j’ai par moment oublié que je lisais une nouvelle signée Thilliez et Scalese, j’avais l’impression d’avoir du Stephen King au sommet de son art entre les mains. Du grand art, donc pour résumer en trois mots : court mais génialissime !

Blog « LIVRENVIE – BLACK KAT’S BLOG »

Ce petit bijou mêlant polar et fantastique se lit d’une traite!?Un homme au milieu de la folle foule d’aujourd’hui, dans l’antre de l’économie libérale mondiale, Hong Kong. ?Un homme qui rencontre une simple machine à écrire… simple dites vous ? ?Un homme qui détient "le" pouvoir d’écrire la réalité… sa réalité !? De fascination en euphorie, en ivresse, une jouissance exaltée pour lui, le chaos pour le reste du monde… Puis vient le froid calcul né dans la vengeance qui remplace la frénésie…? C’est un concentré haletant de dénonciations: la concurrence et le mercantilisme modernes, le mépris des nantis envers l’humanité, le règne factice de la beauté…? Un final rebondissant et une question: la bonté est-elle antinomique du pouvoir ? ?Une morale ? L’enfer, c’est les autres, mais c’est avant tout soi-même ! ?Et la voix de la sagesse: "J’espère que vous êtes un homme bien."?Bref, un vrai régal que cette écriture à quatre mains ! Encore !

Blog « DU BRUIT DANS LES OREILLES »

Que se passe-t-il quand deux auteurs de thrillers, Thilliez et Scalese dans le cas présent, décident d’écrire à quatre mains un court texte (120 pages) ? Et bien contre toutes attentes ils nous écrivent un récit fantastique !
Ce texte est clairement une parenthèse dans leur bibliographie. Une récréation même, et qui dit récréation, dit amusement (autant pour les auteurs que pour les lecteurs).
L’histoire est la suivante : William est un écrivain en devenir qui est tombé dans les griffes d’une éditrice sans scrupules qui l’a séduit afin de récupérer son manuscrit et de le publier sous le nom de l’auteur fétiche de sa maison d’édition. Une fois la chose faite, elle le jette comme une vieille chaussette. Le livre est un immense succès et William nourrit en lui des rêves de revanche. Cette dernière il l’obtiendra en mettant la main sur une machine à écrire qui a le don de transformer les mots en réalité. L’auteur a donc la possibilité de remodeler la réalité à sa guise avec pour seule limite son imagination.
J’ai très rapidement pensé à Christine de Stephen King en lisant « L’encre et le sang ». Dans les deux cas, un objet aux pouvoirs magiques, animé d’une vie propre, va profondément changer (pervertir) leur propriétaire en leur apportant le pouvoir.
L’ensemble est vraiment très frais. L’intrigue se passe à Hong-Kong ce qui apporte un côté exotique fort agréable et l’on sent que les auteurs ont vraiment laissé libre cours à leur imagination.
Il y a un côté jouissif, aussi, on se prend à s’imaginer à ce que nous ferions, nous, si nous étions en possession de cette machine.
Si l’écriture à quatre mains est un exercice qui se révèle parfois déstabilisant pour le lecteur, il n’en est rien ici, l’écriture étant assez homogène sur l’ensemble du récit.
J’ai toujours eu un faible pour les romans qui mettent en scène des auteurs, cela permet à l’écrivain (s) de jouer avec la mise en abîme. À ce titre j’ai beaucoup aimé le passage sur « l’auteur star » en dédicace à qui l’on conseille d’aller à l’économie de lettres pour signer plus vite son roman.
Quand les auteurs se font plaisir, le lecteur le ressent également et tout le monde passe un bon moment. C’est ce qui se passe à la lecture de « L’encre et le sang » !

Blog « ACTION-SUSPENSE », de CLAUDE LE NOCHER

William Sagnier vient de débarquer à Honk Kong. Ville fourmilière, une des plus étranges et des plus étourdissantes du monde. Kowloon, ses néons aux idéogrammes bigarrés, ses milliers de gratte-ciels, ses quartiers plus décrépits aussi. Dont Chunking Mansions, ce gigantesque immeuble, grouillant d'une population modeste. Et de l'autre côté de la baie, l'île de Honk Kong abritant des populations très aisées, comme à Victoria Peak. William Sagnier, banal professeur de physique âgé de vingt-huit ans, n'est pas venu ici faire du tourisme. Il conçoit sa présence à Honk Kong tel un ultime voyage. Vérification faite, son identité semble plutôt être William Sa, né à Villeneuve-lès-Avignon, le 30 mai 1982. Ce qu'il a prévu, c'est d'exploser la tête de Jack Malcombe et de Cassandra Brandström. Beau couple de quadragénaires, ça oui. Pour William, une sacrée paire de salopards, surtout.
Cassandra Brandström est une éditrice française, aussi soucieuse de son apparence que du succès de ceux qu'elle publie. Auteur naïf d'un bon thriller, William Sa fut manipulé par cette jolie femme. Il finit par lui livrer un futur best-seller exceptionnel. Ouvrage intitulé “Bloody Sea”, vendu à trois cent mille exemplaires en France, traduit dans vingt pays, figurant au classement des meilleures ventes du New York Times. Un roman signé par Jack Malcombe, auteur déjà célèbre vivant dans une propriété protégée de Victoria Peak, gardée par des dobermans. Trahi par Cassandra et Malcombe, William Sa est porté par sa rage jusqu'à chez Jack. Le pauvre bougre ne parviendra pas à ses fins. Retour vers les quartiers pouilleux de Kowloon, guère d'argent en poche. Tout juste assez pour louer une chambre sale, après s'être acheté une machine à écrire abîmée.
Cet engin insolite possède un pouvoir bizarre, et même incroyable. Il suffit de taper avec cette machine pour influer sur le cours des évènements. L'ayant bientôt vérifié, William Sa comprend le parti qu'il peut en tirer. Il va cruellement se venger du duo qui a accaparé son œuvre. S'approprier la magnifique maison de Jack Malcombe ne pose aucun problème à William, puisqu'il l'a écrit sur la vieille machine. Pas plus que de ridiculiser publiquement Cassandra Brandström et le pseudo-auteur, lors d'une dédicace à Hong Kong. William va plus loin encore, mais l'inspecteur Cheng s'en mêle. Vu ses méthodes, Cassandra ne lui a sans doute pas menti en accusant William Sa. Pour ce dernier, modifier le scénario via sa machine à écrire n'est sans doute plus suffisant. Car rôde autour de lui, un genre de momie “tout de noir vêtu, avec son feutre, son visage bandé et ses lunettes de soleil”...
Ce court roman d'une grosse centaine de pages permet un retour aux fondamentaux, au roman de divertissement. Non, le but n'est pas de porter un regard sociétal sur le monde de l'édition, de dénoncer ceux qui signeraient des best-sellers écrits par d'autres. Certes, ça existe et ça nourrit quelques pros, qui laissent la star dont le nom figure en couverture assurer la promo du livre. Des bouquins “vus à la télé” s'adressant à des “acheteurs”, plus qu'à de véritables lecteurs, très souvent. Là n'est pas le sujet de ce suspense. D'autant que les admiratrices-teurs de Laurent Scalese et de Franck Thilliez sont accros à ses sombres intrigues fort bien ficelées. C'est une histoire purement rocambolesque, légèrement teintée de Fantastique, que Scalese et Thilliez nous ont concocté. Tous deux s'amusent, faisant quand même en sorte que le récit tienne ses promesses. C'est donc une intrigue à lire au second degré afin de sourire avec eux. Honk Kong n'est-elle pas une de ces villes où tout peut se produire, même l'improbable ? Péripéties mouvementées et ambiance mystérieuse sont au rendez-vous, pour un court polar inédit très distrayant, fort sympathique à lire.

Blog « Les pipelettes en parlent »

Nouvelle écrite à quatre mains, Thilliez & Scalese nous offrent ici un thriller fantastique bien mené, assez macabre et à la fin percutante.
William, le « héros », trouve la machine à écrire qui lui permettra de modeler la réalité à sa guise, la teste, comprend ce qu’elle fait et l’utilise. Il n’y a pas de réelle escalade dans la violence. Il tape tout de suite fort et sans remords. Il se sent aussitôt investit du pouvoir de la machine. Il se prend pour Dieu. Les autres ne sont que des pantins qui doivent se plier à ses désirs. Il bascule complètement du « côté obscur », c’est un être malsain. Pour William, la vengeance est un plat acidulé qui se savoure lentement.
J’ai été amusé, dans ce livre, par la mise en abyme du métier d’écrivain. Cela donne envie de s’interroger sur la mégalomanie des auteurs. Devrions-nous prendre peur de ceux que nous aimons tant suivre ? Est-ce un avertissement qui nous est adressé par le biais de cette histoire ? Car c’est fou ce dont est capable un écrivain de thriller…
Détail étonnant, malgré la débauche de violence, les auteurs ont bien intégrés le politiquement correct. On ne dit plus femme de ménage, mais technicienne de surface !
Franck Thilliez et Laurent Scalese se sont visiblement amusés en écrivant ce texte, et nous aussi en le lisant ! Même si on reste un peu effrayés… ;)

Blog LOVE-OF-BOOK

William Sagnier est un écrivain malchanceux, sa petite amie l'a trompé et a même volé son manuscrit pour le donner à son amant... Comble du malheur le livre devient un bestseller dans le monde entier ... William n'a qu'une envie : se venger par tous les moyens et cette mystérieuse machine sera parfaite pour se faire...
Une machine qui permet de réaliser tout ce que l'on désire… Ici, elle est utilisée avec brio et nous offre une fin époustouflante. Certaines scènes sont assez sanglantes dans leurs descriptions mais j'avoue que cela me scotchais encore plus au livre, c'était tellement stupéfiant que cela rendait impossible de lâcher le livre avant la fin. En ce qui concerne la fin, elle est vraiment bien trouvée et tout bonnement géniale...
Une des meilleurs choses dans ce livre c'est l'écriture. Les deux auteurs nous offrent des scènes à couper le souffle dans leurs machiavélismes et c'est génial ! Il y a des événements tellement surprenants que ça scotche tout bonnement à son livre.
Un thriller fantastique que je conseille à tous les fans du genre et à ceux qui veulent frissonner devant du grand machiavélisme !

Blog « DORS SI TU PEUX »

Deux grands noms du thriller français se sont associés pour écrire cette merveille. Un concentré de talent. Une histoire courte (seulement 118 pages) qui vous fait vibrer. Un mélange de thriller et de fantastique sans temps mort.

Blog « CARO VERDELIVRE »

Je n’attends rien ou presque d’une nouvelle mais celle-ci m’a emmenée avec elle au cœur de son l’histoire noire et m’a réellement surprise. Je me suis retrouvée obsédée par cette machine à écrire & les événements qu’elle engendre.?Une intrigue originale, avec un objet maléfique qui va se révéler vicieuse.? Des indices sont mis en évidence et nous sommes persuadés d’être dans le vrai quant à la fin que l’on imagine facilement mais pas du tout! Les auteurs ont excellé pour ce dénouement et cette fin ouverte qui nous laisse pensif et frissonnant.?Le fait qu’ils soient deux derrière ce récit ne se ressent pas et c’est un très bon point car le changement de style dans une oeuvre n’est pas pour me plaire.? Et la scène finale de cette nouvelle lui va si bien…

Mélina Hoffmann - Bscnews.fr

L'encre et le sang : Un roman conçu par un duo d'écrivains efficace
« S’il suffisait d’une phrase pour changer votre vie, laquelle écririez-vous ? »
Jack Malcombe, célèbre écrivain, connaît le plus gros succès de sa carrière avec le thriller Bloody Sea. Vendu à trois cent mille exemplaires en France, traduit dans une vingtaine de langues, classé par le New York Times dans la liste des meilleures ventes : le livre est un best-seller mondial. Un succès volé, toutefois, puisque Jack Malcombe n’a jamais écrit ce livre. L’auteur, c’est William Sagnier, un professeur de physique de 28 ans, ex-compagnon de Cassandre Brandström, une éditrice sans scrupule. Profitant de la naïveté du jeune et talentueux écrivain, elle n'a pas hésité à le manipuler de façon à pouvoir s’emparer de son œuvre une fois celle-ci terminée, et en attribuer la paternité à son amant. Ce dernier – vous l’aurez compris – n’étant autre que Jack Malcombe. Une double trahison qui provoque la rage de William, qui se rend alors à Hong Kong avec la ferme intention de se venger du couple. Il tombe alors, par hasard, sur une vieille machine à écrire. Mais à mesure qu'il l'utilise, des choses surprenantes se produisent. Il se rend, en effet, rapidement compte que tout ce qu'il écrit se produit dans les instants qui suivent ! Un pouvoir démoniaque qui pourrait bien tomber à pic ! William tient nà son instrument de vengeance...A moins que tout cela n'ait un prix... A moins que le contrôle ne finisse par lui échapper... A moins que le piège ne se referme sur lui...
Une histoire courte mais néanmoins prenante, écrite à quatre mains par deux des membres du collectif d'écrivains la Ligue de l'imaginaire : Laurent Scalese et Franck Thilliez. Un duo efficace qui nous emmène ici à la lisière du fantastique, là où la réalité et la fiction se rejoignent, là où l'encre et le sang se mêlent. Notre imaginaire s'emballe. Que ferions-nous si nous avions un tel pouvoir entre les mains ? Quelles seraient les limites à ne pas franchir pour que le rêve ne vire pas au cauchemar ? Du mystère, de l'action, du suspense et un soupçon d'exotisme pour ce roman d'à peine 120 pages que nous prenons autant de plaisir à lire que nos deux spécialistes du thriller semblent en avoir pris à l'écrire !

Blog « LA BIBLIOTHEQUE DE JAKE »

Cette petite nouvelle écrite à 4 mains par 2 excellents auteurs de thrillers ne pouvait que donner un super roman. J’ai adoré le thème essentiel à savoir : que ferions nous si un tel pouvoir nous était donné. Si nous avions la chance de voir ce que nous écrivons se réaliser l’utiliserions nous à bon escient ? Ou alors n’en profiterions nous pas aussi pour régler nos comptes et faire payer ceux qui le mérite ? Cette histoire est à mi-chemin entre le polar et le fantastique et nous tient en haleine du début à la fin. Ca déroule et on ne s’ennuie pas une seconde, on va de rebondissements en rebondissements. Quel est le véritable maître de cette mystérieuse machine à écrire ? Les personnages ne sont pas du tout sympathiques et pour cause ! De plus on ressent bien toute la magie et le mystère d’une des villes les plus fascinantes d’Asie à savoir Hong Kong. Nous sommes nous aussi transportés au cœur de cette stupéfiante mégalopole pour notre plus grand bonheur. La fin de l’histoire en surprendra plus d’un ! Scalese et Thilliez, une belle association à réitérer !

Blog « Le monde de Mara »


Court roman à 4 mains écrit par l’un de mes auteurs chouchous: Franck Thilliez. Par contre, c’est ma première rencontre avec l’écriture de Laurent Scalese.
L’histoire se passe à Hong Kong et met en scène un écrivain qui a été spolié par son ex-compagne. Celle-ci, éditrice, a fait publié son roman par son amant faisant de celui-ci un écrivain riche et célèbre. William est prêt à tout pour se venger et quand sa route croise celle d’une étrange machine à écrire il n’hésite pas à vendre son âme au diable.
On est très vite pris par l’histoire et on se demande comment cela va finir. On n’a pas le temps de s’ennuyer car les auteurs ne s’embarrassent pas de détails. L’histoire est diabolique.
J’ai passé un très bon moment avec cette lecture.

Autres articles